Panier: Article - 0,00 €

Pas d article dans le panier

Sous-total: 0,00 €

chronique d'après ski - la rosiere 16- 03-2019

15/03/2019
chronique d'après ski - la rosiere 16- 03-2019

 

 

 

  

 

Chronique d’après ski de la Rosière (16-03-2019)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors c’est sûr, j’en entends : « la Rosière, j’y vais pas, c’est trop loin, on a trop longtemps de bus, et patati et patata… ».

 

Non mais sans blague! Quand on voit notre petit groupe de samedi dernier, ils ont l’air particulièrement traumatisés ???

Après une super journée de descentes, ils ne sont pas spécialement effondrés !

 

Au contraire, ils ont la banane. Et franchement, ils peuvent :

 

Départ 5h30, c’est sûr, on a les yeux qui piquent, mais ils étaient tous là, y en a même que Hugues n’attendait pas* ! On équipe Marie d’un réconfortant Ziplock  pour les virages, au cas où… Petite prolongation de la nuit dans le car et comme par enchantement la voix douce et rocailleuse de Carlos, le deuxième GO annonce l’arrivée à la Rosière. Le P’tit croissant et on part pour une journée de délire dans des paysages grandioses sous un soleil de plomb !

 

En France, RAS, bonne neige, 10°, pas trop de monde. Pour ceux qui blaguent encore sur les hauteurs :

 

 Passage en Italie ...

plus laborieux : la Thuile ou plutôt la tuile… le vent nous fouette. Donc, on se sent obligé de finir « au petit skieur » resto du village. Hugues, en bon plombier cherche les tubes ; pardon, les cannellonis ! Y-a pas ? Tant pis, un spritz* et ça va mieux ! Chargé au spaghettis é prociutto et au moka, on repart. Objectif de l’après-midi, « l’antigel », un petit troquet bien agréable où on peut comparer 2 modèles des années 60 !

Il faut dire qu’on ne ménage pas nos efforts. Le samedi, c’est bien, les vacanciers partent, arrivent mais ne sont pas sur les pistes, du coup on skie, on skie, on n'arrête que sur les remontées. Milieu de journée, soupe pour tout le monde. De toute manière, ou c’est gel et poudreuse ou tropique et soupe, il faut savoir ce qu’on veut.

 

Même si on n’a pas fait autant de sorties qu’on aurait voulu depuis février, celle-là, elle a rattrapé le retard. En plus le 23 mars aux Arcs, rebelote.

La Rosière, bien, par contre, on s’est demandé si les dameuses étaient en grève : pistes au naturel = bourrelets. Trop de bourrelets tue le shuss… et alors là, c’est l’argument imparable pour justifier les arrêts tartes à la myrtille dans chaque resto croisé !

 

Retour un peu tard mais avec un bol d’air et de soleil à te regonfler pour la semaine, ça vaut le détour!

A samedi!!!

 

 

 

* lien a de légers bugs sur notre site ;))!!! désolé...

* spritz = petit apéro léger du val d'aoste!

BBP;))

 

« Retour

Nos Partenaires